WP Menubar error: File headertop.css not found in /var/www/virtual/antiakw/chain-reaction-tihange/wp-content/plugins/menubar/templates/CSSmb_46!

WP Menubar error: Function wpm_display_CSSmb_46() not found!
News

La centrale nucléaire de Tihange distribue 4,5 millions à nos communes: découvrez les chiffres détaillés

Dix-huit communes ont une convention financière avec Electrabel qui distribue au total 4.550.000 euros/an. Toutes se situent dans un rayon de 10 km autour de la centrale nucléaire. C’est Huy qui empoche le pactole avec 3,7 millions d’euros (service incendie compris). Sa convention bilatérale, elle l’a signée en 2008 pour dix ans. Les 17 autres sont en train de passer le point au conseil communal, sans susciter trop de débats. C’est que la somme variable attribuée à chacune apporte un peu d’air au budget communal, dans un contexte financier difficile. Même les Ecolos d’Amay ne songent pas à cracher dans la soupe.

>La Ville de Huy reçoit le plus : 3,7 millions d’euros

La Ville de Huy a signé sa propre convention avec Electrabel. La dernière date de 2008, du temps d’Anne-Marie Lizin, et est valable jusqu’en 2018. Cette convention prévoit 740.000 euros pour le Service régional d’incendie, et 2.960.000 euros pour la Ville de Huy. Non indexés. «  Les 740.000 euros n’entrent pas totalement dans les caisses de la Ville de Huy puisqu’ils profitent aussi aux communes couvertes selon la clé de répartition (55 % pour nous, 45 % pour les autres avant, 51 %-49 % maintenant) », tient à préciser Jacques Mouton, déjà échevin des finances à l’époque. Si l’on ajoute la taxe sur la force motrice (1.753.000 euros au budget à l’exercice 2014) et le précompte immobilier de la centrale (environ 10 millions d’euros), on atteint… 15.453.000 euros annuels !

Jacques Mouton estime l’argent de la convention indispensable. «  Vous savez, on a un budget de 48 millions dont 55 % sont affectés au budget personnel. Avec les millions de la convention, Anne-Marie Lizin a engagé beaucoup de personnel. Aujourd’hui, ce personnel est là et il faut le payer. L’argent que nous verse Electrabel sert en grosse partie à cela. Si la centrale diminuait jamais ses activités, comment ferait-on ?  »

>Amay veut plus que ses 267.000 euros annuels

Loin derrière Huy mais néanmoins en tête des 17 autres communes, Amay obtient 267.000 euros/an. On voit mal la commune sous plan de gestion balayer d’un revers de main cette manne financière. Les Ecolos acceptent-ils cet argent d’Electrabel à contrecoeur (Ecolo est contre la prolongation des centrales et en faveur d’une transition énergétique NDLR) ? La réponse est « non », assure Jean-Michel Javaux. «  Au contraire, nous devrions recevoir plus. Quand on voit ce que Huy touche alors qu’elle n’a que 5.000 habitants de plus qu’Amay… Il y a de trop grandes disparités entre communes, pas assez de solidarité financière. Je trouve normal de recevoir cette source légale de revenus. A Amay, le m² coûte moins cher que dans beaucoup de communes wallonnes parce que personne ne voulait construire à l’ombre des centrales. La valeur des maisons est impactée aussi. Et puis il y a toutes les précautions (plan de sécurité…) sans oublier la nouvelle zone de secours dont nous craignons le coût. Le retour d’Electrabel est donc minime par rapport aux investissements consentis. Nous avons par ailleurs d’autres partenariats avec Dumont-Wautier et l’armée. » L’argent de la centrale a servi, en partie, à financer le stade de foot, le hall omnisports et des événements au centre culturel.

>Wanze et ses 176.000 euros : « Un juste retour »

Pour le bourgmestre de Wanze, cette 3 e  convention financière (valable trois ans, renouvelable une fois) avec Electrabel est un juste retour des choses. «  Les communes situées à proximité de la centrale nucléaire ont davantage de frais. Nous devons par exemple avoir un plan d’urgence et un fonctionnaire PLANU, organiser des exercices, tenir compte d’impositions supplémentaires quand nous remplaçons les vitres d’un bâtiment, etc. Je trouve donc tout à fait légitime que nous recevions une compensation  », déclare Claude Parmentier.

Et de rappeler les négociations initiales. «  Les communes autour de la centrale se plaignaient de devoir supporter les inconvénients liés à la présence de la centrale sans en retirer d’avantages. On n’avait pas envie que les citoyens paient pour ces obligations qui nous étaient imposées.

A l’initiative de Robert Collignon, alors Ministre-Président de la Région wallonne et bourgmestre d’Amay, les communes situées dans un rayon de 5 et 10 km ont obtenu d’Electrabel une certaine somme d’argent.  » Comme Antheit est très proche, la commune de Wanze reçoit la troisième plus grosse somme de l’arrondissement : 176.000 euros annuels. Cet argent n’est pas affecté à un projet particulier, «  mais à du fonctionnement. » «  Avant la convention, il y avait eu un one-shot qui avait couvert la rénovation du Château à l’Horloge de Bas-Oha (bibliothèque). »

>Verlaine : Un cinquième du hall payé par Electrabel

Si pas mal de communes ont englobé cette recette dans leur budget sans y attribuer d’affectation particulière, Verlaine a privilégié un projet d’envergure : celui du hall omnisports, aujourd’hui sorti de terre et (normalement) opérationnel à la mi-octobre. «  Depuis le départ, l’argent d’Electrabel est consacré au hall. On nous avait demandé de destiner ces sous à un projet jeunesse. C’est le cas. Nous mettrons d’ailleurs une plaque à l’entrée pour mentionner l’intervention d’Electrabel  », indique le bourgmestre Hubert Jonet. Dans la nouvelle mouture de la convention, 30.000 euros annuels sont attribués à Verlaine. Depuis 1996 et le lancement de la convention, la commune hesbignonne a ainsi empoché quelque 500.000 euros. Soit un cinquième du montant total du hall. Sans cet apport financier, le projet aurait-il pu voir le jour ? «  Je ne dis pas que sans, on n’aurait pas pu le faire. Par contre, le hall ne coûtera pas grand-chose aux citoyens verlainois. L’argent d’Electrabel permet d’alléger leur portefeuille.  »

>Villers-Le-Bouillet: 78.000 €. «  Il y a différents projets en cours : la construction de 4 nouvelles classes et d’un préau à l’école communale de Villers. L’argent servira à l’un ou à l’autre  », annonce l’échevin Philippe Wanet.

·Modave: 65.000 €. «  Cette somme sert à diverses manifestations sportives et culturelles. Toutes les communes ont besoin de cet argent, dans le contexte actuel. Aucun échevin des finances ne vous dira le contraire. Electrabel demande à ce que son nom soit davantage cité, j’estime que c’est la moindre des choses  », déclare Eric Thomas, échevin des finances.

· Marchin: 44.000 €. A Marchin, les Ecolos ont refusé le renouvellement de la convention lors du conseil communal. «  Nous n’avons pas encore réfléchi à quoi destiner cet argent, nous l’avons toujours englobé dans nos recettes. Il pourrait servir aux jumelages, aux subsides au centre culturel, à Latitude 50, aux repas solidaires du CPAS. Sans cet argent, on ne pourrait pas faire toute une série d’actions. Mais on garderait néanmoins nos services car il y a tellement d’autres variables en jeu (IPP, Arcelor, pompiers). Ce que fait Electrabel en nous payant, c’est du sponsoring, comme le font plein d’autres entreprises. Je n’ai aucun problème avec ça  », lance le mayeur Eric Lomba.

· Engis: 35.000 €

·Nandrin : 31.000 €

· Saint-Georges: 31.000 €

· Tinlot: 23.000 €

·Braives : 22.000 €

· Heron: 21.000 €

· Ohey: 11.000 €

·Burdinne : 7.000 €

·Faimes: 4.000 €

·Clavier: 2.500 €

·Andenne : 2.500 €

 

Sources : http://www.lameuse.be/1030676/article/2014-06-14/la-centrale-nucleaire-de-tihange-distribue-45-millions-a-nos-communes-decouvrez , Publié le Samedi 14 Juin 2014 à 09h06