WP Menubar error: File headertop.css not found in /var/www/virtual/antiakw/chain-reaction-tihange/wp-content/plugins/menubar/templates/CSSmb_46!

WP Menubar error: Function wpm_display_CSSmb_46() not found!
News

Nucléaire, technique contre nature

Au XXe siècle, avec la fission de l’atome, l’homme a trouvé les moyens d’aller à contre-courant du déclin spontané de la radioactivité naturelle, déclin qui permit l’éclosion de la vie sur terre il y a plus d’un milliard d’années. Il a mis en œuvre ces moyens sans tarder, d’où le nucléaire militaire, suivi de son jumeau, le nucléaire dit civil et proclamé pacifique, comme pour le dédouaner de l’horreur d’Hiroshima. Ce «progrès» contre nature ne se limite pas aux événements qui ont frappé les imaginations, les deux bombes lâchées sur le Japon, les nombreux essais d’explosion nucléaire atmosphérique ou souterraine et les catastrophes de Three Mile Island (1979), Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011). Il faudrait commencer par rappeler le désastre de Kychtym dans l’Oural en 1957 et les nombreux accidents qui, année après année, ont touché les réacteurs nucléaires, à commencer par celui de Windscale en Grande Bretagne (1957). À ceux-là s’ajoute une pollution nucléaire présente à toutes les étapes du processus : extraction du minerai d’uranium suivi sur place de sa purification et de sa concentration, enrichissement de l’uranium pour en faire du combustible ou de l’uranium militaire, exploitation des centrales et pseudo-traitement des déchets.

Avec l’industrie du nucléaire, l’espèce humaine a mis en place une capacité de suicide à double détente : à petit feu avec la croissance d’un stock de déchets éternels et l’augmentation continue de la radioactivité, à grand feu par d’inévitables catastrophes comme celles de Tchernobyl et de Fuskushima, voire la possibilité d’une guerre atomique suite à la prolifération des arsenaux nucléaires mondiaux (10.000 bombes de puissance très supérieure à celle d’Hiroshima, dont 2.000 prêtes à l’envol sans délai).

Le choix du nucléaire a été et est celui d’une poignée de technocrates, industriels et responsables politiques agissant en dehors de tout débat, information et consultation démocratiques et qui n’ont pas hésité à manipuler l’opinion publique en faisant croire au plus grand nombre qu’il s’agissait d’une énergie sûre, illimitée et bon marché.

Une source d’énergie sûre ?

Le nombre de décès à travers le monde attribuables aux retombées de l’accident de Tchernobyl, entre 1986 et 2004, est de 985 000, un chiffre qui a encore augmenté depuis cette date. (…) Lire la suite de l’article

 

Sources : http://liege.mpoc.be/doc/energie/nucleaire/-articles/Leboutte-Francis_mpOC_Nucleaire-Technique-contre-nature_2013.pdf, Francis Leboutte, membre fondateur de Fin du nucléaire, ingénieur civil, 2013 + photo : http://moisdelaphotodugrandparis.com/event/jurgen-nefzger-titre-a-confirmer/ Jürgen Nefzger, Fluffy Cloud, Nogent-sur-Seine, France, 2003 Copyright Jürgen Nefzger, avec l’aimable autorisation de la Galerie Françoise Paviot